Notre histoire  de 1976 à 2014

Journée de relance

du Rocher Spirituel

30 novembre 2014

 

Après 31 ans d'existence et ce, grâce à Rose-Marie Côté, Le Rocher Spirituel tenait une activité de relance. Environ quarante personnes en lien avec Le Rocher spirituel ont répondu à l’invitation. Suite au décès de madame Rose-Marie Côté, l’animation au centre Le Rocher a connu une période de ralentissement. Lors de l’accueil, madame Judith Vézina a comparé ce temps de pause à ‘’une matrice qui se repose avant de porter du fruit à nouveau’’.

 

Les participants ont pu apercevoir les promesses de vie nouvelle dans ce beau lieu situé au 216, de la rue Normandie à Rivière-du-Moulin. Une équipe enthousiaste reprend le flambeau. En docilité au mouvement de l’Esprit en elles, des personnes ont répondu à l’appel, à la fois soucieuses de continuité et ouvertes à la nouveauté.

 

‘’La vie au Rocher aura la couleur des gens qui l’habitent’’, exprimait le Père Joseph-Simon Dufour au moment de la célébration eucharistique. De sorte que Le Rocher spirituel continue d’assurer une présence signifiante comme lieu de croissance et de ressourcement.

De l'origine en 1976 à la relance de 2014

À l’origine, le Rocher spirituel est une fondation diocésaine.

En 1976, Mgr Roland Potvin, mandaté par l’évêque Mgr Paré, s’occupe de la maison comme premier responsable et y demeure. Il demeure au Rocher et en assume le destin pendant 7 ans. Au terme de ces années, le Rocher spirituel devait fermer ses portes par manque de relève. En 1980, Mgr Potvin se sentant vieillir veut assurer une relève. Il demande à la présidente de l’Institut Séculier Notre-Dame (aujourd’hui Association Notre-Dame) d’assurer la continuité. Les objectifs de cette association n’étant pas de promouvoir des œuvres, mais de donner du support à ses membres qui sont engagés dans les milieux.

 

Dès 1981 une autre personne se pointe, Rose-Marie Côté.

Justement en 1981, une membre de l’Association Notre-Dame se pointe, Rose-Marie Côté. Elle arrive dans la région, après avoir travaillé dans un Foyer de groupe pour jeunes adolescents à Saint-Jérôme. Rose-Marie se sent interpellée à œuvrer au Rocher Spirituel. En 1981, elle entre dans la maison, aidée par le soutien de sa sœur Marie Côté qui, elle aussi, est membre de l’AND. Quelque temps après s’ajoute une autre membre Rose Carrier (elle y œuvra pendant 10 ans), au fil des années d’autres collaboratrices viendront au rocher avec Rose-Marie dont Huguette Bourdages, Rose-Aimée Carrier, Diane Savard, Viviane Villeneuve…

 

Mais c’est seulement en 1983 que Rose-Marie porte davantage le rêve et le désir de continuer les objectifs de départ de la maison et d’ouvrir une maison où les gens pourraient apprendre à devenir plus humains. Avec sa compagne Rose Carrier, elle présente un projet à l’évêque pour la réouverture du Rocher. Projet accepté vu que ce dernier désirait que ce lieu diocésain demeure un centre d’animation de la prière et de ressourcement spirituel. Une équipe d’orientation aide Rose à spécifier les visées, équipe composée de l’abbé Simon Dufour, de l'abbé Paul Tremblay et de madame Nicole Bouchard, ainsi que Messieurs Georges Duhaime et Joseph Laroche comme conseillers en administration.

 

            Mot de Rose-Marie lors de 

             l'ouverture de la maison

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dès 1983 tout s’enclenche et les activités démarrent.

De mai à juillet 1983, les travaux s’enclenchent pour ouvrir officiellement la maison. Rose-Marie sait mobiliser les personnes et en peu de temps une première équipe aide aux travaux physiques de la maison afin de la rendre accueillante. Il y a eu beaucoup de bénévoles. Sans tous les nommer, il y a eu Bernard Therrien, Bruno, Jean-Louis Potvin, Daniel Jean, Claude Therrien, Claude Bélanger, Gisèle Bouchard, Sylvain Tremblay, Louis Dolbec, Joseph Larouche, Joseph Laroche, Antoinette Laroche, Mario Desgagné, Gaétan Bélanger, Laurette Savard, Clément Richard et Marcelle, Yves Faucher et Denise, Denis Faucher, Marc Plourde, Laurent St-Cyr, Laurette, Éric Pilote, Simone, Jean-Louis, Louise Ratthé, Éric Tremblay, M. Deschesne et bien d’autres. La maison repart à la fin de l’année de 1983 avec Rose-Marie Côté et une équipe. Ils sont guidés par deux objectifs, soit d'accueillir des personnes de toutes conditions pour répondre à leurs besoins, et proposer divers services de croissance: accompagnement, sessions, méditation, danse éveil, théologie par correspondance, ennéagramme, prière du cœur. Faire du Rocher une maison de ressourcement au cœur de la cité.

 

À partir de 1984, de grands avancements et des colocations qui amènent la vie.

Dès 1984, le Rocher devient un carrefour pour divers groupes, sessions de croissance, méditation silencieuse, hébergements occasionnels et accompagnements individuels. De 100 à 200 personnes par année viendront régulièrement au Rocher.  Une bonne partie du temps était consacrée à l’accompagnement individuel autant psychologique que spirituel, ainsi que l’écoute téléphonique des gens dans le besoin. L’activité qui a su demeurer au fil du temps fut les soirées de méditation silencieuse ou prière du cœur, surtout de 1991 à 2006. Pendant 30 ans ce groupe se réunissait à la chapelle avec un noyau régulier d’une vingtaine de personnes. Les premières années données par Huguette Provost, s.s.c. en 1992 et poursuivi par les membres du Rocher.

 

Dès 1984 jusqu’à 1998, il y eut des hébergements occasionnels dans les chambres disponibles, ainsi que de la colocation offerte avec des personnes ressources. Cette ouverture donna de la vie à au Rocher Spirituel, en plus de la présence constante des personnes dans le logement en annexe du Rocher, que Rose et d’autres occupaient depuis les débuts. Les colocataires furent, dès les débuts et ce, pendant 20 ans, Claude Martel, prêtre et acuponcteur qui occupera deux bureaux au sous-sol. Quelques années après, et ce pendant 10 ans, le prêtre Gilles Dupré, nommé un temps comme conseiller moral du Rocher, viendra une semaine par mois donner un service d’accompagnement spirituel et offrir des célébrations eucharistiques. Réjeanne Bédard occupera un bureau et la chapelle dès 1990 pour ses activités de croissance humaine et spirituelle.

 

À partir de 1984 et pendant plus de 13 ans, l’activité qui aura eu le plus de développement est «l’initiation théologique», un parcours de 3 ans utilisant les cahiers de la Tourette publiés par les Dominicains de France. Une centaine de personnes y participaient, une douzaine de groupe par année avec un rayonnement jusqu’au Lac-Saint-Jean. Dès 1990 Réjeanne Bédard offrira de l’accompagnement individuel et de l’animation de groupe psycho-corporel. En 1991 se fut le début des sessions d’initiation à l’Ennéagramme données par Rose-Marie Côté et une équipe. De 1991 à 1996 une centaine de personnes les avaient suivies et plusieurs groupes de suivi se sont formés pour permettre de poursuivre la croissance, à Jonquière, Alma et Nord du Lac St-Jean. Les activités continuent et c’est à l’automne 2008 que Judith Vézina débute l'animation des groupes de lecture EDP (l’Évangélisation Des Profondeurs) avec l'approche de Simone Pacot.

 

Dès 2006, des bouleversements et des changements transforment le Rocher

Dès 2007, la Corporation de l’évêché de Chicoutimi décide de ne plus s’occuper du côté administratif de la maison, la maison passe aux mains d’un autre propriétaire, l’Association Notre-Dame.  De plus en 2006 Judith Vézina prend la relève du Rocher pour aider Rose à retrouver la santé. Judith ayant été à ses côtés comme collaboratrice dès 2004. En 2012, la santé de Rose-Marie décline et elle décède en octobre 2012.  En 2014, un C.A. se crée afin de relancer les activités de la maison. Ce fut possible grâce à la précieuse collaboration du couple, Denise Villeneuve et Michel Sénéchal qui ont pris la décision de demeurer dans le logement en annexe où Rose demeurait auparavant. Ils deviennent alors responsables du Rocher et  Denise y est la répondante.

Des souvenirs du passé

Le Rocher Spirituel

216 rue de la Normandie

Chicoutimi, Québec

G7H 3G1

 

418-973-3948

  • Aimez

© 2019  Le Rocher Spirituel